Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 09:21

expose1


 

 

Avant les vacances, nous sommes allés au musée d’art contemporain pour visiter la Biennale de Lyon. C’était la première fois que nous avons visité une exposition d’art contemporain. Pendant 3 heures, nous avons vu de l’art et nous avons profité de cette occasion pour faire une enquête. En fait nous avons parlé avec un couple de personnes âgés, deux femmes ensemble et une femme allemande.

 


 

Premièrement, permettez nous de vous donner un aperçu de ce musée.

3350154218_2917fa749c.jpg

C'est le musée d'art contemporain de Lyon.

 

 

4104296104_d091849320.jpg

C'est le prémier étage. L'oeuvre s'appelle 'Phantasmagoria'.


2nd-etage.jpg

C'est le deuxiéme étage. L'oeuvre s'appelle 'Forum Veduta'.

 

 


4104299446_aac63e1a78.jpgC'est le troisiéme étage. L'oeuvre s'appelle 'The Moving Garden'.



 

Maintenant, nous allons vous présenter 2 œuvres, une que nous aimons et une que nous n’aimons pas.


 

D’abord je vais vous parler de celle qui nous plaît. Dans le musée nous avons vu beaucoup d’œuvres très intéressantes, c’était difficile en choisir une, mais celle que nous avons choisi est particulièrement remarquable parce qu’elle nous apprend une leçon très important dans la vie. Son titre est « Killing Hur ».


''KILING HUR''

killinghur.JPG


Une autre groupe a aussi présenté ça en parlant des points negatif, mais nous voluons vous présenter un autre point de vue. Il s’agit d’une vidéo qui démontre comment on peut utiliser des techniques pas vraiment compliqués pour créer une scène qui paraît réelle même si elle n’en est pas. Le film commence par montrer un frère et sa sœur, le jour d’anniversaire de la sœur. Il lui dit qu’il avait un cadeau pour elle et que c’était une surprise et il couvre son visage avec un tissu noir. Le frère ensuite conduit une voiture vers sa sœur et l’écrase.


 

En réalité, le cameraman a utilisé une technique ici. Pour quelques secondes il a juste concentré sur le frère et la voiture pour nous distraire. Pendant ce temps on a remplacé la fille avec un mannequin. Donc ici la leçon est que <<voir, c’est croire>> n’est pas une réalité dans le monde d’aujourd’hui. On doit être capable de bien discerner le réelle de ce qui ne l’est pas.

 

''A MORE PERFECT DAY''


L281xH500_jpg_MORE_PERFECT_DAY-ff29c.jpg

 

 

Par contre, nous avons détesté l’œuvre « A More Perfect Day » créée par Sylvie Blocher. Vous pouvez la voir à l’entrée de cette exposition. Il s’agit d’une vidéo sur grand écran, un homme qui chante très mal avec sa guitare. Nous avons eu l’impression qu’il ne savait pas comment jouer de la guitare. C’était juste du bruit pur et en plus, son corps était partiellement maquillé en noir. C’était très bizarre.


 

Malheureusement, nous ne pouvons pas vous montrer les vidéos.


En conclusion, c’était une bonne expérience. C’était la première fois que nous avons visité une exposition comme ça. Pour nous, c’était une ouverture sur le monde d’art contemporain, qui contrairement à l’art classique est vivant et s’agit des thèmes du monde d’aujourd’hui.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by LBarrai - dans Ecrits divers
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 11:07
 


Depuis la création du métier d'ingénieur, il a besoin de connaissances techniques mais cela ne suffit pas : il doit aussi avoir des connaissances dans le domaine des sciences humaines.

C'est pourquoi dans la filière AMERINSA, nous avons des conférences spécifiques sur des sujets de culture et civilisation.

Le mercredi 15 octobre 2009, nous avons pu rencontrer deux poètes d'Amérique du Sud :

 

Ana Maria SHUA d'Argentine

Alejandro ZAMBRA du Chili

 

et nous vous les présentons ci-dessous.

 

Erik Cornelsen -groupe Amer3

 

 

 

 

Ana Maria SHUA




 

Ecrivaine argentine, elle est née à Buenos Aires en 1951.

Elle fait partie de la dernière génération des écrivains du genre des « mini-fictions ».

Son premier roman « soy patiente » a reçu le premier prix du concours international de narration en Argentine.

En 1998, elle a commencé à écrire des livres pour enfants.

Ses deux premiers romans ont été adaptés au cinéma.

Après avoir publié plus de 10 livres depuis les années soixante, elle vient de publier sa dernière oeuvre : « botanique du chaos », c'est son premier ouvrage publié en France.

D'après elle, elle préfère traiter des thèmes comme la mort, l'érotisme et la médecine.




 

Tomas Rojas – groupe Amer3

 

 

 

Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 13:29


En mars 2009 a eu lieu le festival « Quais du Polar » organisé par la ville de Lyon. A cette occasion, les lyonnais étaient conviés à participer à une enquête policière, « l’affaire Bernier », sur la Presqu’île. Armés d’un carnet contenant des documents importants pour la résolution de l’enquête, ils devaient suivre l’itinéraire indiqué et récolter des indices à chaque étape. Une fois l’enquête finie, ils devaient remplir un bulletin-réponse et le déposer dans une urne. Les gagnants étaient ensuite tirés au sort parmi les bonnes réponses.

Le 8 septembre, les étudiants des groupes 7 et 8 de la première école d’été ont enquêté à leur tour sur l’affaire Bernier. Ils vous racontent cette matinée un peu spéciale…

 

 

Il était neuf heures moins le quart à Hôtel de Ville. Une température d’environ quinze degrés et le soleil haut dans le ciel promettaient une belle journée.

Devant la porte de l’opéra de Lyon, il manquait encore quelques personnes pour pouvoir commencer l’enquête : Bérengère et Beatrice attendaient avec nervosité. Peut- être qu’ une fois de plus  Miguel et Li ne s’étaient pas réveillés !

Le suspense a duré jusqu’au dernier moment, quand Eric et Miguel sont apparus suivis de Joel. A ce moment-là les premiers groupes étaient déjà partis, avec un écart d’à peu près cinq minutes entre eux.

Finalement le dernier binôme, constitué de Li et Joel, est parti. Il était neuf heures vingt et tous les groupes avaient commencé. L’esprit de compétition régnait : tous convoitaient le roman policier que le groupe vainqueur allait emporter.

La journée s’est passée sans problème. Les groupes ont surmonté les différentes épreuves sans trop de difficulté, et le rythme a été trépidant et frénétique pendant toute la matinée.

Finalement les premiers groupes arrivaient à la fin. Epuisés, écoutaient l’enregistrement, qui était l’étape finale, et rendaient le bulletin-réponse à leurs professeures.

Ca avait été une très dure matinée et les différents groupes pouvaient repartir à l’INSA, afin de prendre un déjeuner bien mérité.

Il restait seulement une question : qui gagnerait l’enquête ? Le suspense restait entier…

 

Javier


 

Hier, nous avons vécu une enquête policière très intéressante.

Ce matin-là, nous sommes arrivés très tôt au point de départ de l’enquête – L’opéra. Et nous étions le deuxième groupe qui commençait la recherche.

 

En suivant les étapes et les informations données, nous avons eu un début presque parfait : la découverte des indices à la place Rivoire, la bonne orientation sur le plan, le bon décodage des énigmes du carnet (rue « pas méchant » = rue Gentil).

 

Grâce à notre enthousiasme, nous sommes arrivés à tout lire dans le carnet d’indices. Pourtant, nous avons rencontré des difficultés avec certaines références culturelles françaises telles que : « les Français parlent aux Français », Tardi – Hélène. Alors, nous avons eu l’idée de consulter des Français. En fait, nous n’avons obtenu aucune réponse utile pour notre enquête, mais nous avons acquis des connaissances historiques en revanche : « les Français parlent aux Français » était une émission de radio émettant depuis Londres pour les Français pendant la deuxième guerre mondiale.

 

Cependant, nous avons fait des erreurs. Les autres groupes ont avancé très vite tandis que nous avons mis beaucoup de temps pour comprendre toutes les informations. Nous nous sommes enfin rendu compte que l’enquête n’était pas très difficile et que nous pourrions accomplir toutes les tâches en suivant les étapes de l’itinéraire.

 

A la fin de l’enquête, nous n’avons pas réussi à trouver toutes les réponses et nous n’étions pas le premier groupe à finir…

Désolé, pas de prix ! Une autre fois peut-être!

 

Chi-Kien et Dac Anh Minh


 

Apres s’être réveillés, et s’être préparés pour aller à la rencontre de notre groupe de français, on est arrivé à l’Hôtel de ville, où  nos profs nous attendaient pour commencer une enquête policière. On s’est répartis par équipes de 2. Santi et moi on est parti dans les premiers. On ne comprenait pas les premières questions, mais on a quand même essayé de faire le meilleur travail possible.

 

On a demandé plusieurs fois les noms des rues, mais personne n’arrivait à nous expliquer où on était, même les messieurs de la Poste ne savaient pas. Après avoir marché, marché et encore marché, on a commencé à trouver les réponses. Il fallait beaucoup chercher et lire entre les lignes des textes qui nous avaient été donnés le matin.

 

            Le parcours nous faisait traverser presque tout le centre de la ville de Lyon, on en a profité pour connaître un peu plus la ville, les noms des rues, les monuments importants, et tout était prêt quand nous sommes arrivés vers 11 heures et demi au bâtiment « Les archives municipales » où on a rejoint les autres groupes.

 

            On a passé une matinée très intéressante en participant, dans la ville de Lyon, à un jeu pour lequel on avait besoin de notre intelligence et de notre connaissance de la langue française.

 

Santi et Anita



 

Hier, j’ai fait une enquête qui s’appelle l’affaire Bernier pendant le cours de français. Elle s’est vraiment bien passée. On avait un petit carnet d’indices grâce auquel on pouvait résoudre cette énigme étape par étape. Comme je suis étrangère, il me semblait un peu difficile à faire cette enquête. Les noms des places, des rues et les photos des bâtiments m’étaient tous inconnus. Donc, je demandais fréquemment aux passants. Bien que leurs réponses ne fussent pas toujours correctes, ils étaient tous très chaleureux et m’ont beaucoup aidée à finir mon enquête. C’était une matinée très intéressante et excitante. On trouvait les solutions toujours par hasard. Et je suis toute fatiguée aujourd’hui, car on a marché de l’Hôtel de ville jusqu’à la Gare de Perrache. Mais grâce à cela, je connais Lyon beaucoup mieux maintenant.>w<

 

Lun

 


Tout a commencé un 8 Septembre 2009. Il était 9 heures du matin, quand, soudainement, nous sommes entrés dans une spirale de crime et de violence. D’abord, on était à l’Hôtel de Ville, en lisant le journal de la journée, quand l’agent secret Bérengère nous a confié notre mission.

Nous devions récupérer le trésor de la Resistance Française, qui avait été caché par le mouvement « LE COQ EN CHAINE ». Pour résoudre cette énigme on avait la difficile tâche de trouver des indices sur toute la Presqu’île lyonnaise : en passant par les places des Terreaux et Antoine Poncet, et par la rue de la République et la rue Victor Hugo…, jusqu’à la gare SNCF de Perrache.

Après 3 heures d’efforts, et après avoir réussi notre mission, on a rencontré l’agent secret B, dans un point fixé P, à une heure fixée H.

Nous avions accompli notre mission.

 

 

                                                           Responsables de l’information :           Agent n° :

                                                               Erik Cornelsen                                006

                                                               Miguel Romero Rodriguez             004

 

 

Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 19:58

Il était une fois une belle princesse ‘X’ qui vivait dans un magnifique château. Un beau jour, elle a trouvé un prince très musclé qui s’appelait ‘Y’, donc, à ce moment-là, elle a eu le coup de foudre et ils sont tombés amoureux.

Un jour après, le prince a décidé d’inviter la princesse à aller sur une île paradisiaque. Ainsi deux jours après, ils y sont allés en bateau officiel. La veille du voyage, ‘Y’ avait envoyé, ses sept nains pour trouver la plus jolie alliance du monde. Mais lorsque ‘X’ et ‘Y’ sont arrivés sur l’île, les nains n’avaient pas trouvé l’alliance. Ainsi, le nain ‘Z’, le plus petit qui avait trouvé l’alliance en retard est, finalement, arrivé haletant  et a lancé l’alliance au prince. Comme ‘Z’ était un mauvais joueur de baseball, la bague a terminé dans la bouche d’un gros poisson ! A ce moment-là, le prince ‘Y’ n’a pas su quoi faire, ainsi, il a sifflé et tout de suite ‘Relampago’, son cheval volant,  a apparu dans le ciel nuageux. Quelques instants plus tard, il a atterri sur l’île. Le prince ‘Y’ est monté sur le cheval pour pêcher le méchant poisson et ainsi récupérer la bague qu’il avait dévoré ! Cependant, le poisson était plus musclé que le prince et le cheval, par conséquent le poisson a tiré ‘Y’ jusqu’au fond de la mer.

Au fond de l’eau, la séduisante sirène ‘Juliana’ a tué le poisson. Ils ont récupéré la bague, et après, ‘Juliana’ a amené le prince sur son île. Le prince et la princesse se sont mariés et un délicieux  poisson a été servi pour manger à la fête.

Morale : tu ne dois jamais prendre la bague d’un prince !

Repost 0
Published by Juliana Albuquerque, Fabian Gomez, Fernando Shiessl - dans Ecrits divers
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 12:35

Il était une fois, un couple royal qui habitait dans un grand château.  Leur château était dans une forêt magique où il y habitait une sorcière, des nains, un loup, un dragon et de nombreuses autres créatures magiques.  Le couple royal était très bon et gentil avec ses sujets : il partageait ses biens avec les autres habitants de la forêt.  Il faisait aussi des fêtes étonnantes pour tout le peuple, ainsi, celui-ci était très content du couple royal.  On disait que leur richesse était interminable.

Mais un jour, tout a changé. Ce jour-là, le couple a arrêté de partager ses ressources et de faire des fêtes. Cependant, il a mis en place les impôts, et les habitants de la forêt sont devenus très tristes. Comme ils ne comprenaient pas ce changement, ils ont demandé un rendez-vous et des explications au loup, le représentant de la forêt.

Le loup est allé au château pour assister à la réunion. Lorsqu’il est arrivé, le prince était très fâché… Il a refusé de parler au loup et l’a enfermé dans son cachot. Le cachot était très sombre et le loup était apeuré, mais tout à coup, il a entendu de petites voix. C’était celles des nains ! Les nains lui ont avoué que la richesse du couple venait de l’exploitation de leur race et que les princes étaient en fait mauvais. Ils ont expliqué également qu’ils avaient été emprisonnés  car ils avaient refusé de continuer à travailler dans les mines cachées du couple royal.

Les nains ont confié au loup que le couple avait ordonné leur mort, et que probablement, il aurait le même destin.  Lorsque le loup a pris connaissance de ce qui l’attendait, il s’est jeté contre la fenêtre et a hurlé.

Très loin du château, dans la forêt magique, la sorcière était en train de préparer un breuvage magique, quand elle a entendu le hurlement du loup. C’était une sorcière très curieuse, et par conséquent, elle a décidé de regarder dans sa boule de cristal ce qu’il se passait.  En voyant le loup et les nains dans le cachot, la sorcière a mis la touche finale au breuvage et est partie pour le château sur son manche à balai.

Lorsqu’elle est arrivée au château, la sorcière est allée à la cuisine. Elle a mis le liquide qui était dans le flacon dans le vin du couple royal.  Après, les princes ont bu le vin, ils ont rétréci puis sont devenus verts, et, dans un grand éclair et beaucoup de bruit, ils se sont transformés en grenouille.

Après avoir livré le loup et les nains, la sorcière a organisé un grand banquet, dont le plat principal était une célèbre recette française : les cuisses de grenouilles !!!

La morale de l’histoire est simple : Si vous avez des mines cachées et des centaines d’esclaves, les Français mangeront vos cuisses !!

Repost 0
Published by María Elena Pombo, Marco Fiore, et Ross Peel - dans Ecrits divers
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 13:12

J'aime :
               entendre le son d'un fleuve,
               dormir dans ma baignoire avec de l'eau chaude,
               regarder seul des films romantiques,
               travailler sur mon lit,
               m'habiller en couleur claires,
               marcher ou courir sans bruit,
               me peser,
               écouter des chansons qui ont des paroles que je ne comporends pas quand je travaille,
               collectioner les reçus des courses ou restaurants,
               et écrire quelque chose pour moi.

Je n'aime pas :
               être effleuré par quelqu'un,
               regarder les gens dans les yeux,
               réfléchir avant d'agir faire quelque chose,
               donner mon avis,
               aller à la campagne,
               utiliser la gomme pour effacer,
               parler quand je mange,
               faire quelque chose en public,
               faire quelque chose regulièrement,
               les animaux qui volent,
               et les lumières qui ne sont pas blanches.

Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 13:08

J'aime:
- faire du vélo plus vite que les voitures dans la circulation
- être trés mouillé quand il pleut
- rencontre les vieux amis par hasard
- jouer avec les légos de mon petit cousin
- rentrer chez moi quand le soleil se lève
- les penguins qui danse

Je n'aime pas:
- dormir quand il fait chaud
- les petits haut-parleurs sur un ordinateur portable
- m'asseoir dans un autobus plein
- prendre les taxis
- porter de nouvelles chaussures

Repost 0
Published by BAYLISS Ray - dans Ecrits divers
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 13:07

Voici, il y a un specimen de "l'Homo sapiens" qui habite dans l'environnement qui est "l'Université". L'etudiant d'échange qui s'apelle "Nicolas Trillos". Ce specimen a captivé notre attention par sa manière unique de vivre dans l'écosystème universitaire.

D'abord, il présente une forme particulière pour chasser sa nourriture. Quand il va à l'endroit traditionnel des étudiants pour achéter de la nourriture (qui s'apelle "supermarche"), à la différence de ses copains, il va tout droit au rayon des "nouilles instantanées". Mais, comme la majorité des "Homo Sapiens" masculins, il va certainment au rayon des alcools. Il a aussi une différence avec les autres étudiants quand il se procure les autres nécessités de sa vie (comme les vêtements), parce qu'il va directment chasser dans les magasins où on peut trouver des B.D. sauvages.

Le specimen présente en plus d'autres qualités intéressantes, certaines qui vont contre de sa santé. Comme la détestation qu'il a pour la crème solaire (il a souvent des coups de soleil) et l'habitude de se coucher tard pour voir les dessins animés sur l'internet.

C'est tout aujourd'hui pour notre documentaire, mais nous continuons à étudier cet exemplaire bizarre d' "Homo Sapiens" pour voir s'il peut survivre à l'écosystème de l'université...

Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 11:10
J'habite à Curitiba, une ville qui se trouve au sud de Brèsil.
Ma ville est connue pour être la capitale écologique du pays et pour son climat unique, parce qu'il y  fait très froid.
C'est une ville avec presque 2 millions d'habitants et beaucoup de attractions touristiques à visiter!
Il y a beaucoup des parcs, comme Le Parc Barigui et le Parc Tingui!

J'habite dans un appartement qui est localisé dans un quartier qui s'appele Agua Verde, et il se trouve à 20 minutes, en voiture, de mon Université et à 20 minutes aussi du centre-ville.
La majorité des industries sont localisées dans un quartier specifique, la Ville Industriel de Curitiba, qui se trouve à 30 minutes du centre-ville!
Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 11:10

la ville de Leon, Guanauato, Mexico

      Je vais vous écrire sur ma ville, j'habite à Leon, Guanajuato au Mexique, c'est une grande ville où il y a un peu plus de 2 million d' habitants. C'est la 5ème ville plus grande au Mexique et la specialité est la manufacture de chaussures et produits en cuir, elle est connue comme la capital du cuir.


 

   J' habite dans une maison moyenne dans un quartier calme au nord de la ville. Il y a un petit parc près de chez moi ou tous les dimanhes il y a une expo d' art.



    Leon se trouve a 500 km. de la capital du pays et grâce à l'industrie de la manufacture de vêtements la ville était en train de s'agrandir, mais, depuis l' arrivée de produits d' origine chinoises et l' augmente du prix du cuir, la ville a arrêté son développement de territoire.


Dans la photo: L'arc de Leon au centre historique de la ville

 Mais maintenant le gouvernement investit dans l'infrastructure de la ville pour la rendre plus touristique parçe-que pas loin de Leon se trouve Guanajuato, la ville la plus visitée de l' etat par les touristes étrangers. C'est une petite ville colonial qui a de l' architecture ancienne de la colonie. Elle est considerée comme un patrimonie de l'humanité et elle est vraiment trés jolie.





Dans la photo:

Lacathedrale de notre-dame de Guanajuato à Guanajuato.









Par: Jose G. Martin



Monterrey,Mexique


J'habite dans une ville très connue, elle s'appelle Monterrey. Elle est connue grâce à toutes les montagnes qui l'entourent, il y en a beaucoup.Il y a aussi beaucoup des lieux à visister et faire differentes activités sportives, culturèlles, de récréation, etc.Il fait très chaud pendant tout l'été peut être entre 30° et 48° ce n'est pas très agréable mais c'est bon pour aller à la piscine.Dans mon quatier habitent beaucoup de jeunes alors est un quatier qui fait tout le temps la fête! Près de ma maison, il y a des centres commerciaux avec des cinemas, des magasins, des magasins de mode, des cafés et des restaurants.Il y a aussi un quatier qui s'appelle "Barrio Antiguo" où il y a beaucoup de discoteques et d'étrangers qui vont là pour passer une très bonne soirèe.
Ericka


 

Estado de Mexico une ville très jolie...
(par Gabriel *baRbon*)

 


J'habite à Estado de Mexico, c'est une ville près du Distrito Federal, la capitale du Mexique. Habiter là-bas est presque la même chose que habiter à Distrito Federal mais dans ma ville il n'y a pas de grands édifices, seulement beaucoup de maisons, plusieurs enterprises, quelques parcs et des lacs. C'est une ville très peuplée et on voit beaucoup de voitures dans la rue tous les jours. Ma ville est separée en municipalités. J'habite à Atizapan de Zaragoza. C'est petit, joli et calme.
J'habite une maison avec mes parents, ma soeur et mon frère. Ce n'est pas très grand mais ce n'est pas petit non plus ! C'est à 40 minutes de mon université en voiture. C'est un lieu très agréable pour vivre.
 


Cuidad de México, México au Mexique

J'habite dans la Capitale du Mexique, México. C' est un ville grande et peuplée. On est plus de 2 millions d'habitants.  C'est difficile habite là bas parce que il y a beaucoup des personnes partout et toujours des embouteillages mais il y a des lieux très beaux. Le centre historique a des bâtiments très  vieux, comme la cathédrale mètropolitane et le palais national et là il y a aussi des nouveaux bâtiments, comme la tour latinoamericaine  et le palais de beaux arts. 

A México il y a des parcs très beaux comme le parc "Chapultepec", "el ajusco" et "La Marqueza". J'aime ma ville, là ba il y a toujours quelque chose à faire.

Repost 0
Published by barbara - dans Ecrits divers
commenter cet article

Les Étudiants De Fle De L'insa

  • : Le blog des étudiants de FLE de l'INSA-Lyon
  • : Nous sommes étudiants ingénieurs à l'INSA de LYON et nous apprenons le français ! Ce blog nous permet d'écrire en français, d'échanger nos impressions sur la France, de parler de nos pays d'origine... bref, de nous perfectionner en nous distrayant !
  • Contact


 

Les motivés de l’INSA !

Rechercher

Le blog des étudiants de FLE de l'INSA-Lyon

Archives

CHANSONS